samedi 22 novembre 2014

Le Pari Naturel du Grand Filtre d'un Apartheid Cosmique

Par Ariste :

Le nomade cosmique ne jouera pas plus aux dés avec un homme prédateur que le Dieu d'Einstein.
L'espèce fait jusqu'ici le pari d'une  place au podium dans l'univers.
Le pari sur un salut en ultime repêchage est plus raisonnable.

Une science disqualifiée : Tout candidat même brillant qui lit trop vite son sujet d'examen se fera recaler en s'enfonçant toujours davantage dans l'erreur par la suite. A un examen cosmique où il joue sa vie,  la précipitation d'un prédateur impérialiste qui coexiste en l'homme le mènera de même à sa perte. Il s'obstine en effet à parier sur sa prééminence cosmique : un premier mauvais choix qui faussera inéluctablement tous les suivants.  Un homme sage préparera au contraire son allégeance à un Ordre Universel déjà établi.

Un squatteur terrestre encombrant. Pourquoi s'obstiner dans un pari de prééminence dans un univers de milliards de milliards de planètes ? Le Cosmos dévoilé de mieux en mieux est un Bien merveilleux qui se révèle à l'homme : cet ordre relève-t-il d'un Dieu, d'une Nature sortie du hasard, ou d'une chaîne discrète d'ascendants nés comme lui-même ? En l'absence de réponse, merci en tous cas à ce Bailleur Extraterrestre de l'avoir si obligeamment préparé pour l'homme. Il prendra soin de ne pas dénaturer sa Maison Terre pour la laisser en aussi bon état qu'il l'a trouvée après l'avoir fait fructifier, comme toute maison entretenue en l'habitant naturellement au lieu de la squatter comme il le fait en s'acharnant à la démolir jusqu'aux murs. 

Une éternelle chasse au trésor : Un ordre aussi bien conservé ne peut durablement accepter la prééminence d'un homme prédateur. Un Bailleur Extraterrestre resté pour ses raisons discret a dû laisser quelque part des consignes pour sa sauvegarde. Un homme rationnel consacrera son existence à leur recherche en sachant que la science d'un Bailleur aussi discret aura toujours des longueurs d'avance sur la sienne. Une science humaine de la sagesse s'inscrira donc toujours dans un modèle extraterrestre de vie durable à dévoiler.

Le Pari du Grand Filtre* d'un Apartheid CosmiqueL'homme se rangera à temps derrière un Bailleur Extraterrestre qui aura fait le même Pari de  Bienveillance Cosmique qu'il exigera à son tour d'un locataire terrestre sur le point de devenir nomade interstellaire. Toute défaillance de sa part à ce passage naturellement programmé d'un relais de conscience dans la chaîne de transcendance sera de toute façon assumée par son élimination et une renaissance de la branche terrestre. 



Ce Pari d'un Entretien Eternel de la Vie exigé à tout niveau de conscience déjà atteint réunit les deux paris traditionnels : celui d'un monde né du hasard, et celui d'un monde né d'une création, d'un Dieu qui se renouvellerait alors tel Osiris dans la renaissance éternelle d'une chaîne d'apartheid cosmique. Une chaîne d'ascendance qui se sera perpétuée même si elle est apparue dans un univers primitif après des millions et des millions d'échecs : avec Newcombl'homme prendra une seule boîte avant de s'épuiser avec 2 paris séparés. 

"En poursuivant comme jusqu'ici deux lièvres à la fois", il ratera les deux. Il ne pourra donc se contenter d'affirmer sa bienveillance cosmique, mais la démontrer dans tous les aspects de sa vie en abolissant déjà toutes ses lois de malveillance.  


Le Pari toujours gagnant d'une Bienveillance Cosmique s'énonce ainsi :


L'Univers Global Infini (UGI) a toujours existé.
Pas de big bang primordial. L'univers local
 renaît en se perfectionnant en apartheid: 
des cycles de vie et de mort dans un
espace/temps en poupées russes. 
Le prédateur menace toute vie
en lui refusant son entretien.
Il sera donc anobli ou éliminé,
dans le silence cosmique le plus complet. 

Une expérience cosmique de pensée:

"Dans un Univers Global Infini (UGI), considérons un flot de bulles de lumière" remplissant un couple virtuel de cônes croissant du ½ grand axe (œà la vitesse c et du ½ petit axe (b) à une vitesse de c/Ф : c=299792,448 km/s : vitesse de la lumière, Ф=104; c/Ф=29,97 km/s ~ vitesse orbitale de la Terre autour du Soleil. 

Dans un monde infini, tout point O initial sera par définition au centre et les 2 cônes grandiront donc de pair. Leur ½ petit axe égalera dans un premier temps aux 2 bouts le ½ petit axe de l'orbite solaire terrestre, 
soit b=147 098 O74 kmФ/c=b/œ, d'où :

Un œuf d'univers local en renaissance constante

Œ = bc/Ф = âge en a.-l. du cône pour un égal rayon d'œuf initial.


Une grossesse centrifuge : Les 2 cônes resteront associés en s'allongeant ainsi quasi infiniment jusqu'à la formation d'une étoile à cette distance en années-lumière de 0, avec un foyer planétaire de vie en orbite en bout de cône. L'âge de chaque cône d'expansion croîtra ensuite d'un an par tour d'orbiteLes paramètres cosmiques connus ne sont pas en contradiction avec ce schéma d'évolution. 
  

D'autres cônes semblables prendront place dans une sphère commune de rayon ŒUn lancement simultané de 2 cônes par an remplira ainsi notre œuf d'univers.

Le rayon du cercle inscrit (apothème) dans chaque fenêtre de cône (fig. suivante) est par définition de ю=1 a.-l. pour un rayon d'œuf initial Œ, soit initialement une aire d'hexagone de 2ю²√3=2√3 a-l² en surface de l'œuf. Le nombre d'étoiles contenues dans un œuf local bien rempli est donc de : aire de l'œuf initial/aire d'un hexagone initial, soit

F=4πŒ²/(2ю²√3). Avec ю=1F=2πŒ²/√3.
avec un nouveau Piπ=2+(241/24).

Soit F=7,05x1019 ou ~70 milliards de milliards de foyers potentiels de vie dans l'Œuf.

Un rebond centripète de renaissance : Les étoiles s'associent tour à tour par familles de 7, la septième au milieu des 6 autres allant au moment venu vers sa renaissance dans un rebond final au toit.

Pour un observateur installé sur la fenêtre, l'étoile montante et sa suite planétaire progressent sous ses pieds dans une sphère de garde rapprochée de rayon ю elle-même contenue dans une plus grosse "bulle d'expansion" de rayon r (voir fig.). Une rotation planétaire autour de toute étoile ainsi parvenue en pôle position repoussera tour à tour ses 6 voisines immédiates moins avancées ou déjà en retrait centripète après leur rebond de renaissance au toitL'expansion centrifuge de l'étoile viendra en effet s'épuiser pour s'inverser en expansion centripète à une distance ю du toit suivant un cycle : 
πŒ=13,85x109 ans : rayon d'univers en cycle de renaissance,  avec
  
S=4π(πŒ)² : aire d'un œuf d'univers en éclosion, de rayon πŒ.

Le nombre F de fenêtres est constant. L'aire d'éclosion en hexagone (surface S/nombre de fenêtres) est de : 
  
S/F = 2π2√3=2ю²√3, soit
ю = π en années-lumière sur le toit, et r= 2π/√3
avec un écart interstellaire moyen de 2π en années-lumière sur le toit.
Le nombre d'éclosions stellaires par seconde dans l'univers est de :
Σ=F(π-2)/(3600πŒФ)~161,47 étoiles :
Un scintillement éternel dans l'Infini 
annonçant à chaque fois la renaissance 
d'un foyer après évasion ou mort de l'espèce.

Un CŒur Universel : Grâce aux réactions de 6 voisins et du toit entier, chaque foyer stellaire ira à son tour à l'éclosion en expansion centrifuge (πŒ : expiration cosmique) pour rebondir à temps au coeur en expansion centripète de renaissance (aspiration). La bienveillance mutuelle est la base de la vie. 

Son pari de malveillance cosmique mène l'humanité à sa perte :

Seule une foi de primitif égare l'homme dans un pari contre un potentiel confirmé
 par le silence cosmique, la raison et trop de hasards. "Celui qui croyait 
au ciel et celui qui n'y croyait pas" s'uniront pour la renaissance 
d'une planète-mère jusqu'ici gardée "prisonnière des soldats".
Seul le chemin de la perfection mènera à une vie durable.  


Index général

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire